Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



La charente (16)

Dénominations

Département de la Charente

La Charente est appelée Chérente en saintongeais, et Charanta dans le dialecte limousin de la langue occitane.

Histoire

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, autour de l’Angoumois et englobe à l’ouest le cognaçais (jusqu’à Bassac) et le sud-Charente à partir de Barbezieux, qui faisaient partie de la Saintonge, et à l’est les terres limousines du confolentais, ainsi que quelques communes du Poitou au Nord et du Périgord au Sud.La Charente a été habitée dès le paléolithique moyen (sites de Vilhonneur, Gardes-le-Pontaroux, Sers, Mouthiers). Au cours de la période historique il n’y avait encore jamais eu d’unité, ni politique, ni religieuse, ni judiciaire. La coupure entre l’Angoumois à l’est centré par Angoulême et la Saintonge à l’ouest centrée sur Cognac qui existait déjà chez les Celtes et a perduré jusqu’à la Révolution n’a d’ailleurs pas totalement disparu.

La Saintonge est ainsi nommée car elle était le territoire des Santons, mais c’est une autre tribu gauloise qui occupait l’Angoumois. Toute la Charente a été une riche région gallo-romaine et il reste en particulier de cette époque les thermes de Chassenon et le théâtre des Bouchauds.

Suite aux troubles et invasions se sont érigées des places fortes, et entre le Xe siècle et le XIIe siècle chaque village a construit son église romane. Villes et châteaux fortifiés (Cognac, Angoulême, Villebois-Lavalette…) ont été mis à mal durant la guerre de 100 ans et l’occupation anglaise. Reconstruits ils ont souffert des Guerres de Religion, qui ont été un désastre pour ce département (départ de plus de 50% des artisans).

Les Charentais ont formé une partie importante des colons de la Nouvelle-France (Québec).

Durant la Révolution, peu de choses se sont passées et la Terreur a été très modérée.

Le commerce se faisait par le fleuve (sel, cognac, matériaux…) et diverses industries (papeteries, fonderies..) datent du XVIIe siècle. Le XIXe siècle avec la révolution industrielle et le commerce du cognac a été une période de grande richesse. La crise engendrée par le phyloxera a provoqué un fort exode rural. À cette baisse de population se sont ajoutées les saignées des guerres et la Charente n’a toujours pas retrouvé son niveau de population de 1821.

Durant la Seconde Guerre mondiale, sa position coupée en deux par la ligne de démarcation avec l’Ouest, zone occupée, et l’Est, zone libre explique l’organisation rapide de réseaux de résistance.

Géographie

Charente fait administrativement partie de la région Poitou-Charentes.Elle est limitrophe des départements de la Vienne, de la Haute-Vienne, de la Dordogne, de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

Les frontières du département de la Charente coïncident avec les limites des bassins supérieur et moyen du fleuve Charente, ce qui lui fait englober des régions géographiquement très différentes qui sont d’amont en aval :

Le Confolentais ou Charente limousine à l’Est du département, au sol constitué de roches cristallines imperméables, qui est géographiquement situé en Limousin. Cette région a été témoin d’un évènement majeur il y a 214 millions d’années, l’impact d’une météorite de plus d’un kilomètre de diamètre qui est tombée à Pressignac, à mi-chemin entre Chassenon et Rochechouart.

Jusqu’à Mansle la pente de la Charente est forte et les méandres de court rayon.

En Angoumois puis en Saintonge la pente de la Charente est faible et régulière et le fleuve marque de très larges méandres. La Charente et ses affluents traversent en Angoumois des plateaux calcaires fissurés générateurs de gouffres et de résurgences et sur le reste de son bassin versant des terrains imperméables mais aussi des calcaires qui une fois gorgés d’eau se comportent comme des terrains imperméables.

Ses affluents sont de plusieurs types :

Tardoire, Bandiat, Bonnieure qui disparaissent en partie dans des crevasses et alimentent le karst lequel est garant d’un débit d’étiage minimum.

  • la Touvre, résurgence née de deux sources, le Dormant et le Bouillant.
  • l’Aume, la Soloire, l’Antenne et le Né affluents qui coulent sur terrain imperméable et grossissent aux moindres pluies.

Les crues sont habituelles, et l’eau commence par recouvrir les zones de marais et les prairies qui bordent la Charente et ses affluents. Quand l’eau monte plus, environ tous les 20 ans a lieu la vraie crue avec routes coupées, bas quartiers d’Angoulême, Jarnac et Cognac inondés et en 1960 de Châteauneuf-sur-Charente à l’embouchure les prés ne formaient qu’un immense lac.

D’Angoulême à Saintes de nombreux ouvrages, écluses, canaux, barrages, rendent le fleuve navigable, maintenant uniquement pour la promenade.

Le département de la Charente comporte 24 zones Natura 2000 situées, certaines en totalité, d’autres en partie sur son territoire, vallée du fleuve Charente et de ses affluents, chaumes et autres types d’habitats pour oiseaux, chauves-souris, loutre et vison d’europe ou orchidées.

Culture

La Charente montre sa culture dans son patrimoine bâti, et ses faïenciers, peintres, sculpteurs, ses poètes et ses écrivains, dont nous avons la trace depuis la « cour de Cognac » de Louise de Savoie.

Comment résumer entre le patrimoine des églises romanes, des châteaux renaissances comme La Rochefoucauld, des poètes (d’Alfred de Vigny à la Tour du Feu), des peintres et des faïenciers, des écrivains (de Jean-Louis Guez de Balzac, François de la Rochefoucauld et Jean-Baptiste de La Quintinie jusqu’à « l’École de Barbezieux ») ?

Langue

Le département de la Charente est traversé du nord au sud par la frontière linguistique oc/oïl (enquête de Tourtoulon et Bringuier, 1873, rééditée en 2004).

Le saintongeais. La zone ouest bien plus étendue (qui comprend Chalais, Barbezieux-Saint-Hilaire, Angoulême, Jarnac, Cognac, Villefagnan, Ruffec) appartient au saintongeais qui est une langue d’oïl. Le patois charentais est une appellation à laquelle certains sont attachés, pour désigner le saintongeais.

Il donne lieu à une importante production littéraire et artistique, les derniers en date étant les Binuchards et leur rock charentais (Olà buffé est connu de tous)

  • L’occitan. À l’est, la zone comprenant Aubeterre, Villebois-Lavalette, Montbron, La Rochefoucauld, Saint-Claud, Champagne-Mouton, Confolens appartient au domaine de l’occitan ou langue d’oc (sous la variété du nord-occitan et plus précisément du limousin). On parle parfois de Charente Périgourdine et de Charente Limousine (Charanta Lemosina) ou plus simplement de Charente occitane (Charanta Occitana). Celle-ci se situe à la frontière nord-ouest de l’Occitanie.

Gastronomie

  • Plats
    • cagouilles (les escargots petit-gris) soit grillées, soit en sauce ou encore farcis à la chair à saucisse.
    • daube de beu (bœuf)
    • sauce de pire et gigourit : sortes de civet de porc qui diffèrent par leur composition (lard, gorge, tête, poumons, sang..)
    • gros grillon et grillon charentais
  • Légumes
    • melon nature ou au Pineau des Charentes
    • fèves à la croque au sel
    • baraganes (poireau de vignes, de goût différent du poireau cultivé) cuit, tiède, vinaigrette.
    • mogettes (haricots)
  • Fromage
    • caillebottes.
  • Desserts
    • merveilles (sorte de beignets)
    • millas (gâteau à base de farine de maïs, c’est un « étouffe chrétien »)
    • cornuelle : gâteau triangulaire à trou central, en pâte sablée garnie de grains d’anis. Elle viendrait des très anciennes fêtes païennes du printemps
    • Galette charentaise. Plus moelleuse que le broyé poitevin beaucoup plus dur
    • « Pine fourrée » : Pâte à chou en forme de sexe masculin, fourrée à la crème chantilly ou à la crème pâtissière. Originaire de la région de Barbezieux (Sud Charente). Confectionnée à Pâques exclusivement.
  • Alcools
    • Cognac
    • Pineau des Charentes (rosé ou blanc)
    • Brûlot Charentais
  • Autres
    • ail, condiment indispensable au Charentais et aillet durant tout le printemps
    • brin d’aillet du 1er mai : ce matin là en-cas festif avec aillet cru, pain, grillon, fromage frais, …fête qui serait d’origine gauloise
    • raisiné (compote cuite dans le jus de raisin réduit)

Personnalités liées au département

  • Charles d’Orléans (1459-1496)
  • Louise de Savoie (1476-1531), duchesse d’Angoulême, duchesse d’Anjou et comtesse du Maine
  • Marguerite d’Angoulême
  • François d’Angoulême, communément appelé François 1er, est né le 12 septembre 1494 à Cognac. Il fut Roi de France de 1515 à sa mort, en 1547.
  • Octavien de Saint-Gelais
  • Mellin de Saint-Gelais
  • Guy Chabot de Saint-Gelais, 7° baron de Jarnac, (1514, † 6 août 1584), auteur du célèbre coup de Jarnac le 10 juillet 1547.
  • Élie Vinet
  • Jean-Louis Guez de Balzac
  • François de la Rochefoucauld
  • Jean-Baptiste de La Quintinie né à Chabanais
  • Emile Roux Confolens 1853 – Paris 1933 : médecin, bactériologiste et immunologiste français. Il fut un des plus proches collaborateurs de Pasteur
  • L’abbé Jean-Pierre Rousselot, un des fondateurs de la phonétique expérimentale, est né le 10 octobre 1846 à Saint-Claud et mort le 16 décembre 1924 à Paris. Il a été professeur de phonétique expérimentale au Collège de France.
  • Alfred de Vigny qui séjournait au Maine-Giraud
  • Burgaud des Marets (Jean-Henri), poète saintongeais, né à Jarnac le 2 novembre 1806, décédé à Paris le 6 octobre 1873.
  • Jacques Chardonne, écrivain
  • Henri Fauconnier
  • Odette Comandon, auteur de comédies et de contes, actrice et conteuse patoisante (Angoulême 1913 – † Royan1996).
  • Louis Delage
  • Claude Boucher
  • Félix Gaillard, député
  • Guy Pascaud, sénateur
  • Pierre Marcilhacy, sénateur
  • Jean Monnet est né à Cognac le 9 novembre 1888. Il fut l’un des pères fondateurs de l’Union européenne.
  • François Mitterrand né à Jarnac (1916 – 1996), fut président de la République de 1981 à 1995. Il est enterré à Jarnac.
  • Michel Maury-Laribière, né à Confolens (1920 – 1990). Grand Industriel Français, il fut premier Vice-Président du CNPF.
  • Vincent Perrot Confolens 1965 : animateur de radio et de télévision.
  • Jean-Claude Dubreuil : romancier né à Longré en 1938

Sources Wikipédia

Pas de Commentaires à “La charente (16)”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


Licoeur |
mgrizard |
bouchane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Commerciaux du Sud-Ouest
| PMHR
| ma petite cuisine végétarienne